Sculpture

Communiqué sur l’appropriation des symboles païens

CONSEIL SUPRÊME DES GRECS PAÏENS (YSEE) – Pour la restauration de la tradition ethnique et polythéiste grecque, de leur religion et de leurs coutumes, dans la société grecque actuelle.

A propos de l’appropriation culturelle des symboles de l’hellénisme ethnique, à l’occasion d’une « sculpture » de Méduse (Annonce 389, le 21/10/« 2020 »)


A l’occasion de l’œuvre de l’artiste italo-argentin Luciano Garbati, « La méduse à la tête de Persée », qui a été placée devant le tribunal correctionnel de Manhattan à New York, nous sommes une fois de plus contraints de souligner l’illettrisme mythologique flagrant qui conduit à des interprétations absolument erronées, et à des déformations de notre mythologie ethnique.


Le Conseil Suprême des Grecs Païens (YSEE), en tant qu’organe de la religion ethnique grecque, doit, une fois de plus, rendre publics les principes qui devraient régir l’approche, l’analyse et les ramifications intemporelles des mythes grecs. Nous devons aussi démontrer le caractère sournois des distorsions auxquelles recourent, intentionnellement ou non, ceux qui veulent calomnier et discréditer notre culture préchrétienne grecque.


L’homme monothéiste perçoit, au mieux, le mythe comme une allégorie à contenu moral, et, au pire comme un conte plein d’exagérations, de fantasmes et de superstitions. Cela se confond, intentionnellement ou non, avec la théologie et la philosophie, pour tenter de le discréditer. Fidèle aux diktats de ses aînés spirituels, comme l’apôtre Paul, qui conseille « d’éviter les mythes obscènes et obscures » ; ou comme Grégoire le théologien, qui appelle les mythes « enseignements des démons », qui dégrade le mythe en une histoire pour enfants mensongère, le monothéiste voit dans le mythe des faiblesses humaines et des passions divines scandaleuses. Le pire de tout, c’est le fait que le monothéiste considère avoir le droit de faire ses propres « lectures » du mythe en fonction de ses convictions politiques, religieuses, ou personnelles.


Alors Garbati a fait sa recherche personnelle, et a conclu que la figure mythique de Méduse représente « la femme violée et maltraitée qui vient maintenant se venger des dieux et des mortels ». Le créateur de la « sculpture » ignore cependant que les concepts de « matriarcat-patriarcat » dans le monde grec préchrétien ne signifient pas la domination d’un sexe sur l’autre, mais désignent simplement les caractéristiques d’une société et la culture qu’elle produit. Selon les nécessités du contexte, tantôt les caractéristiques « masculines » prévalent et tantôt ce sont les caractéristiques « féminines » qui prévalent, sans persécuter aucun des deux sexes. Ce que l’homme moderne trouve difficile à comprendre, éloigné de ses traditions et récits ethniques, c’est que pour saisir en profondeur le contenu d’un mythe, il faut faire partie de la tradition historique et culturelle du peuple qui l’a engendré.


Le mythe ne fait pas référence à un passé lointain et oublié, ni ne relève de l’interprétation individuelle de chacun. Il est universel et toujours à jour. Il reçoit des explications par allégorie et abstraction, et ne s’oppose pas au sens de la science. Le mythe est la codification de la Vérité intemporelle et contient toutes les idées concernant l’origine de l’Univers, des Dieux, des institutions politiques et de la Nature. La mythologie de chaque peuple est sa pierre angulaire et n’est ni comparée aux autres, ni classée par rapport à elles.


L’approche personnelle du mythe auquel Luciano Garbati succombe peut sembler l’altérer, mais elle ne touche pas vraiment à l’authenticité et à la validité de la Vérité que le mythe contient. Cette interprétation, bien qu’habile, est erronée, et le décrédibilise, lui et son récit. Il abuse du mythe et projette sur lui les formes mentales monothéistes du « politiquement correct » totalement binaire. En même temps, il attaque les significations authentiques du mythe en faisant passer un message biblique : « œil pour œil et dent pour dent ». Mais cet appel à répondre à la barbarie par une barbarie égale ou supérieure est plus proche de la « loi » islamique que du concept grec de la Loi et de la Justice.


Si le mouvement contre les abus sexuels souhaite s’attaquer aux racines du patriarcat monothéiste, il peut emprunter et retourner en miroir des « modèles de soumission » dans le livre commun des trois religions monothéistes, la Torah, qui en regorge. Sculptez plutôt Lot, un personnage sanguinaire abusant de sa fille ! Sculptez la prostitution forcée de Sarah par son propre mari, qui était le demi-frère d’Abraham !


L’interprétation erronée et abusive du mythe grec par les montagnes russes du « politiquement correct » toujours binaire ne diminue pas la valeur du mythe. Mais il diminue l’être humain, parce qu’il le prive de l’opportunité de rechercher la vérité de l’Être.

[Ajout de la rédaction : pendant ce temps, aux Etats-Unis, des « militants antiracistes » souhaitent supprimer Homère des cursus scolaires et des études littéraires à l’université]


Catégories : Arts, Chroniques de l'Âge de Fer, Sculpture | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Des coutumes païennes de Norvège dans une loi chrétienne

Pour connaître les pratiques païennes, il est souvent utile d’étudier des textes de lois chrétiennes qui interdisent ces pratiques. En effet, pour interdire il faut nommer et parfois décrire ce qu’on interdit.

Le document étudié ici est la Eiðsifaþingslǫg: Kristinn réttr hinn forni (« Loi de l’assemblée du district d’Eiðsifa [en Norvège] : le droit chrétien a raison par rapport à l’antiquité »), écrit en 1268. En voici les extraits les plus intéressants :

Lire la suite
Catégories : Arts, Rites, Sculpture | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Rite des étudiants à Minerve Pallas

1506490_1681592518795833_4475357171819027077_n

Dans le calendrier religieux de la Rome antique, le 19 mars marquait le début du festival des Quinquatries Majeures (un jour à l’origine, étendu à cinq jours ensuite). C’était la naissance de Minerve, déesse de la sagesse, des techniques, et de la stratégie. Elle était honorée en ce jour par les étudiants, les professeurs, et les médecins.

logo20institut

Aujourd’hui, elle patronne encore l’Institut de France, qui n’est rien moins que l’entité regroupant l’Académie Française, l’Académie des Sciences, l’Académie des Beaux-Arts, l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres (Histoire et archéologie), et l’Académie des sciences morales et politiques.

En tant qu’étudiant français, dans un système éducatif issu des écoles et universités romaines, il semble logique de rendre cet hommage à Minerve Pallas (son aspect de jeune fille). Ne pratiquant jusqu’ici pas les rites gallo-romains, ceci est une proposition et un premier essai, qui semble selon mes vérifications ornithomantiques avoir été accepté comme valide (avec deux bâtonnets d’encens et une double offrande de vin en expiation supplémentaire). Le Mercure Gaulois, divinité favorite des Gallo-romains, messager des Dieux, interprète (et selon mon interprétation patron de la langue française) est honoré dans la préface, mais il s’agit-là d’un choix personnel. Si votre foyer suit le rite romain de manière courante, Vesta et/ou Janus font d’excellents choix.

12440750_1681593242129094_6260720835465839183_o

Préparation :
* L’officiant prend une douche (si possible un bain) pour se purifier juste avant le rituel. Il met les habits reflétant le mieux son statut social. Si le rite se passe hors du foyer, se laver les mains avec un peu d’eau, puis s’en asperger le front de quelques gouttelettes avec les doigts. Dans tous les cas, un récipient d’eau doit être à disposition de l’officiant pour la suite du rite.
* Les participants arrivent ensuite au lieu du rituel, ou, s’il a lieu dans un foyer, placent l’idole de Minerve sur l’autel. Cette idole peut être un olivier ou des branches d’olivier, une statuette, un dessin, etc.
* L’officiant allume ou fait allumer un feu, ou une bougie sur l’autel.

Préface :
* L’officiant couvre sa tête (capuche, chapeau, écharpe, pan de toge, etc). Chacun est tourné vers l’autel, derrière l’officiant, hommes tête nue, femmes tête couverte.
* L’officiant allume ensuite un bâton d’encens, ou ajoute de l’encens dans l’encensoir, disant : « MERCURE GAULOIS, EN T’OFFRANT CET ENCENS JE TE PRIE AVEC DE BONNES PRIÈRES, POUR QUE TU VEUILLES ÊTRE PROPICE À CE RITE ». Il est possible de réciter un des hymnes homériques à Hèrmès.
* Il verse du vin dans la patère : « MERCURE GAULOIS, COMME EN T’OFFRANT CET ENCENS DE BONNE PRIÈRES FURENT BIEN PRIÉES, POUR LA MÊME RAISON SOIS HONORÉ PAR CETTE LIBATION DE VIN ».
* L’officiant verse ensuite le contenu de la patère sur le feu, ou dans la terre, si c’est possible. Si elle est petite, il peut transférer son contenu dans un autre récipient pour pouvoir poursuivre le rite, et rendre le tout à la terre après le rite. On peut honorer d’autres entités pour la préface (Vesta, Janus, Lares, etc)

Précation :
* L’officiant se purifie à nouveau les mains. Il touche ensuite l’autel, ou tend la main vers l’idole s’il n’y a pas d’autel, disant : « MINERVE PALLAS, PARCE QU’IL EST OPPORTUN POUR LES ÉTUDIANTS DE T’OFFRIR DU VIN ET DES BISCUITS EN CETTE FÊTE SACRÉE DU PREMIER JOUR DES QUINQUATRIES MAJEURES, AFIN QUE LEURS ÉTUDES LEUR APPORTENT LA SAGESSE, POUR CETTE RAISON SOIS HONORÉE PAR CES OFFRANDES ».

Reddition :
* L’officiant verse du vin dans la patère, disant : « MINERVE PALLAS, SOIS HONORÉE PAR CETTE OFFRANDE, SOIS HONORÉE PAR CETTE LIBATION DE VIN ».
* L’officiant dépose ensuite sur l’autel les biscuits, disant : « MINERVE PALLAS, SOIS HONORÉE PAR CETTE OFFRANDE, SOIS HONORÉE PAR CETTE OBLATION DE BISCUITS ».
* Il est aussi possible de faire des offrandes à d’autres entités.
* Les offrandes qui sont destinées à être consumées, enfouies ou mises ce côté pour être déposées plus tard, le sont à ce moment-là.

Profanation :
* L’officiant touche de la main les offrandes restantes, pour que les humains puissent les manger.

Expiation :
* L’officiant allume un bâton d’encens, et dit, levant les mains vers le ciel : « DIEUX IMMORTELS, SI VOUS AVEZ ÉTÉ OFFENSÉS PAR DES ERREURS COMMISES DURANT CE RITE, RECEVEZ CET ENCENS EN EXPIATION DES ERREURS DES HUMAINS MORTELS ». On peut aussi offrir du vin ou des biscuits, par précaution.

Divination :
* L’officiant ou un augure s’assurent que le rite et l’expiation ont été suffisants. Cela peut se faire par diverses méthodes : soit par l’observation (changement météorologique type vent, pluie ou arc-en-ciel ; animaux, etc), soit par le hasard (dés, pile-ou-face, cartomancie, etc). Si besoin, nouvelle expiation.

Banquet :
* Les participants consomment les offrandes restantes, se portant mutuellement des toasts. L’officiant peut enlever son couvre-chef. Il est possible de porter des toasts à d’autres entités.

Selon la coutume, les étudiants offrent également un cadeau à leurs enseignants. J’ai aussi honoré le fondateur de mon école et le génie tutélaire de ma promotion.

12419330_1681593248795760_1905088641819225791_o

Merci à un mien ami pour les illustrations (que Minerve lui soit propice et lui accorde la sagesse pour parvenir à la victoire) ; et aux membres de l’association Pharia, consacrée aux spiritualités méditerrannéennes antiques, pour leurs lumières. Si votre héritage gallo-romain vous intéresse, le 18 juin aura lieu le premier pélerinage groupé à Mercure Dumiatis en son temple du Puy-de-Dôme.

[Ajout du 22/09/2020 : l’officiant est capite velato, c’est-à-dire tête couverte, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme. La preuve en est Eumachia, fille de Lucius Eumachius, prêtresse publique du culte impérial à Pompéi : la statue qui la présente explicitement dans ce rôle a la tête couverte.]

Catégories : Arts, Fêtes, Rites, Sculpture | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.