Graphisme

La Promenade au crépuscule de Caspar David Friedrich

 

Friedrich_spaziergang-abenddaemmerung

« Spaziergang im Abenddämmerung » (1830-35), Caspar David Friedrich

Caspar David Friedrich (1774-1840) est un peintre allemand profondément mystique. Ses écrits sur l’art attestent de sa foi panthéiste attachée au culte de la nature. Dieu habite les arbres, les bois, les cours d’eau et son omniprésence doit se ressentir dans le paysage sublime que l’artiste peint. Ce paysage doit saisir la présence divine qui l’occupe, et non reproduire la seule réalité visible. Toute sa vie, Caspar David Friedrich fut un chrétien mystique, tout en étant très attiré par la mythologie germanique et les mégalithes. Sa dernière oeuvre, celle-ci, est son seul paysage où il se représente lui-même. Il se présente arrêté seul au crépuscule, dans une humble posture, face à un vieux dolmen. Testament de ce peintre, dont le corps repose aujourd’hui au Walhalla près de Leipzig, cette oeuvre illustre le glissement progressif de ce génie allemand, d’un catholicisme de plus en plus romantique à une forme de néopaganisme embryonnaire. Lente conversion que sa correspondance épistolaire avec son ami le peintre Carl Gustav Carus laisse entrevoir. Après ce crépuscule, dont l’âge industriel fut la nuit, nous accueillons les premiers rayons d’une renaissance occidentale.

Pour autant, on ne peut pas dire que Caspar David Friedrich ait réellement adhéré au paganisme germanique,  qu’il s’agisse de celui de l’époque pré-chrétienne ou de la manière dont il revit aujourd’hui. C’est seulement à la toute fin de sa carrière que la mythologie germanique en tant que telle commence à être connue : l’ouvrage fondateur, Deutsche Mythologie de Jacob Grimm, paraît en 1835. La Chanson des Nibelungen est connue, mais sous sa forme médiévale et christianisée, du même niveau que le mythe arthurien (Brynhild est une princesse plutôt qu’une valkyrie, et son mariage a lieu à l’église). A son époque, donc, il n’y a guère que quelques sources éparses, et le lien avec la mythologie scandinave, mieux conservée (quoi qu’encore peu connue elle aussi) n’est pas encore une évidence. L’idée que l’antique religion germanique soit praticable dans un cadre contemporain n’avait jamais été explicitement formulée.

800px-carl_gustav_carus_-_stone_age_mound_-_google_art_project

« Steinzeit Grab » (env. 1820), Carl Gustav Carus. Mégalithe de Rügen, île sacrée de la mer Baltique.

Son « paganisme sans rites » s’inscrit plutôt dans les mouvements du panthéisme philosophique (« Dieu est la Nature », position qui n’a été explicitement condamnée par l’Eglise catholique qu’en 1864 et pouvait donc jusque là se concilier plus ou moins aisément avec le christianisme, ce qui est d’ailleurs encore assez courant actuellement) et du nationalisme romantique (chaque peuple est dépositaire d’une culture propre qu’il a le devoir de préserver, développer et transmettre). D’autres peintres contemporains adhérant à ces idées constituent ce qu’on a nommé le paysagisme romantique allemand : Carl Gustav Carus, Peder Balke, Christian Clausen Dahl, Schinkel et Karl Friedrich Lessing.

S’ils avaient vécu un siècle plus tard, à une époque où des groupes se revendiquant du paganisme germanique avaient eu le temps d’émerger (encore qu’ils étaient souvent fort éloignés du paganisme antique), peut-être qu’ils les auraient rejoints. Qui sait ? Tout ce qui nous pouvons dire, c’est qu’ils ont participé à un mouvement général dans l’Allemagne (et plus largement l’Europe) de l’époque, qui a abouti aux actuelles résurgences des différents paganismes européens. Dont le paganisme germanique, qui certainement leur aurait le plus parlé. En ce sens, ils peuvent être considéré comme des précurseurs.

(par Rafael Coughlin & le Chat Poron)

johan_christian_dahl_-_megalith_grave_in_winter

« Hünengrab nahe Vordinborg » (1824-25), Johan Christian Dahl

Catégories : Arts, Graphisme | Étiquettes : , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Wolfsangel : la « rune du loup »

Wolfsangel (piège à loup)La « rune du loup » est le sujet de beaucoup d’interrogations, de fantasmes et de réactions de rejet. Et pour cause : elle ne retranscrit aucun son, n’est expliquée par aucun poème runique, n’apparaît dans aucune inscription pré-chrétienne… mais a été utilisée comme emblème par plusieurs organisations affiliées au parti nazi.

Le Wolfsangel (« hameçon à loup ») est en fait un piège à loup médiéval utilisé en Allemagne. Sa forme rappelle celle de la rune Eiwaz (« if »), mais l’alphabet runique n’était plus utilisé depuis plusieurs siècles, à cause de la christianisation et du passage à l’alphabet latin. Ce symbole de Wolfsangel était donc utilisé pour délimiter des frontières (surtout sur les bornes forestières), puis pour identifier les garde-chasse. Il a donc également été utilisé en héraldique, pour des fiefs (puis des villes-libres) en zones frontalières et/ou boisées.  Armoires de Burgwedel (Basse-Saxe)

Lors de la révolte des paysans (Bauernkrieg) pendant la Guerre de Trente Ans au XVIIe siècle, il a aussi servi de symbole de ralliement aux paysans insurgés contre l’avidité des seigneurs-brigands qui rançonnaient la populace, et contre des ecclésiastiques qui monnayaient souvent la promesse du paradis chrétien.

Au XXe siècle, comme d’autres symboles runiques, il a été ré-utilisé par des organisations liées au parti nazi. Florian Geyer, un des meneurs de la révolte paysanne, était en effet une figure mise en avant par le parti nazi (tout comme d’autres mouvements anticatholiques de l’époque, tels que les Wandervögel ou les Jeunesses Communistes). Cela ne signifie pas pour autant que Wolfsangel ou la compagnie noire de Florian Geyer doivent être jetés aux oubliettes de l’Histoire… Souvenons-nous plutôt des traditions européennes qui condamnent fermement les accapareurs de richesses et l’avidité sans limite, et sachons plutôt piéger ces « jeunes loups » de la finance et de la politique qui nous réduisent à la misère et détruisent notre terre, comme le loup Fenrir qui veut dévorer le cosmos, ou ses rejetons Hati et Sköll qui tentent chaque jour d’avaler le Soleil et la Lune.

Borne frontalière (Deister, Basse-Saxe)

Borne frontalière (Deister, Basse-Saxe)

Catégories : Arts, Graphisme | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

A quoi ça sert de continuer.

Adapté de l'original par Abstruse Goose (CC BY-NC 3.0 US)

Adapté de l’original par Abstruse Goose (CC BY-NC 3.0 US)

Catégories : Arts, Graphisme | Étiquettes : , , , , , , , | Un commentaire

Motifs traditionnels et propriété intellectuelle

http://www.courrierinternational.com/article/2015/02/18/la-tong-de-la-discorde-entre-havaianas-et-des-chefs-tribaux

Haiavanas est une grande multinationale fondée par un Écossais au siècle dernier, qui fabrique chaque année au Brésil 150 millions de tongs japonaises, la plupart jetées à la fin de l’été bien qu’elles soient en plastique pétrochimique non-biodégradable. En 2015, un de ses responsables a eu l’idée géniale d’utiliser des motifs traditionnels amazoniens de la tribu des Yalawapitis pour sa nouvelle collection. Malheureusement pour lui, au Brésil, « le droit d’auteur indigène est un droit collectif qui appartient à l’ensemble de l’ethnie ». Il ne suffisait donc pas de proposer à un designer l’équivalent de 500€ par motif pour pouvoir utiliser les symboles sacrés de la tribu – tout simplement parce que le concept de propriété intellectuelle individuelle ne s’applique pas ici ; et qu’il n’est pas question qu’il prévale sous des prétextes fallacieux présentés comme « modernes » (le mouvement OpenSource serait-il donc si rétrograde ?) ou « universels » (puisque la simple présence de ces exceptions prouve bien que ce n’est pas le cas).

Futurs motifs de tongs écocides ?

Futurs motifs de tongs écocides ?

Lire la suite

Catégories : Arts, Chroniques de l'Âge de Fer, Graphisme | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.