[TEMOIGNAGE COVID] Vers la fin de rites funéraires ?

Témoignage de Quitterie Solaire, thanatopracteur et artisane à l’Atelier Prospère, à propos du silence général dans lequel les mesures gouvernementales mettent fin aux rites funéraires, fondements indispensables de toute civilisation vivante :

En tant qu’actrice du funéraire, j’ai subi une interdiction temporaire d’exercer les soins et les toilettes au début de la crise en avril dernier. Nous n’avions plus le droit de manipuler les défunts, ni de les toiletter, ni rien du tout. La mise en bière et la fermeture immédiate du cercueil étaient négligemment cochées par les médecins signant l’acte de décès, privant les familles d’un si précieux recueillement, et classant ces morts comme pestiférés, au même titre que ceux atteints de maladies hautement contagieuses, telles que la peste, le choléra ou encore Creutzfeldt-Jakob…

Alors que nous n’avons toujours pas d’information officielle sur la contagion post-mortem effective du Covid, la mesure de précaution s’allonge indéfiniment, interdisant carrément les familles et les proches, de veillée funèbre et d’une amorce de deuil apaisé.


Je vous parle bien de toutes les attentions que les vivants vont porter naturellement à leurs morts, dans cet espace-temps sacré qui survient juste après le décès, jusqu’au moment de la mise en bière. Ce moment hors du temps, qui en fonction des traditions, dure plus ou moins longtemps et durant lequel les proches défilent auprès du défunt, qui pour un dernier adieu, qui pour panser des plaies, qui pour constater dans l’intensité d’un ressenti le départ, ou encore pour célébrer le passage vers un autre état, vers un monde meilleur. Chacun à sa façon, toujours en dévotion. La veillée funèbre ressemble fort à s’y méprendre à un ultime rempart contre la déshumanisation du monde cruel qui semble émerger, dans le marasme de ses « mesures », de ses « crises », de ses errements…


Voyez-vous où je veux en venir? On parle de suppression pure et simple de toute forme de recueillement, de rites funéraires. Les rites funéraires, la base de toute humanité !


Quand on se pose la question de ce qui la définit en tant que telle, ce qui constitue les fondations d’une civilisation, d’une époque, la première chose que l’on observe, à bien des niveaux, ce sont eux, les rites funéraires, le respect porté aux morts et l’aspect sacré et intouchable de tout cela.

Alors quand j’ai entendu mes collègues m’annoncer au début du premier confinement, à quel point cela les choquait, eux, les pros, les anciens du métier, les croques-morts de campagne, qu’en 30 ans ils n’avaient jamais vu ça, que les familles ne venaient même plus au cimetière, n’écrivaient plus de discours, plus d’hommage, plus de messes, plus de fleurs, rien, qu’ils enterraient les gens comme des chiens, qu’on versait le cercueil dans la tombe et qu’en trente minutes, c’était plié, et qu’à ce rythme là, on en ferait 10 par jour ! Mes collègues, les durs à émouvoir, là ça leur a fait drôle, ils étaient tout chose de tant de froideur, ça les laisse encore ahuris. Le métier change. Toujours plus impersonnel.

Là, les copains, là… vous pouvez être sûrs que, socialement, humainement, parlant, il y a eu une bascule. Une chute grave vers l’inhumanité, le mépris, l’abandon, la fin des principes fondateurs.


Mais il reste des gens qui ne verseront pas dans l’abîme sans fond leur souvenirs précieux et leurs nobles sentiments, qui continueront à se battre pour que la Vie prenne le pas sur la Mort, toujours. Parce qu’accompagner le corps sans vie, c’est rester vivant soi-même, c’est honorer l’étincelle mystérieuse qui nous anime et participer au grand cycle immuable. C’est ici que nous pouvons trouver le réconfort, la vitalité et la verticalité de ce qui a toujours été et sera toujours.

Je vous invite à prendre un peu de votre temps et à découvrir et soutenir ce collectif de soutien aux familles de victimes retenues en otage dans les Ehpad, les hôpitaux et les cliniques, afin d’exiger un droit de visite aux mourants : https://www.tenirtamain.fr

Je vous embrasse, prenez soin de vous… et de vos morts.

Ce témoignage fait écho à l’entretien donné au magazine l’Inactuelle par Andreea-Maria Lemnaru, chercheuse en Philosophie et en Histoire des Religions à la Sorbonne, spécialiste de l’école néoplatonicienne (les derniers philosophes grecs païens) : “Le monde moderne face à la mort

Catégories : Chroniques de l'Âge de Fer, Passage, Rites | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :