Idisenthing en Liddle Franke

Suite à divers imprévus, je me suis retrouvé à célébrer le blot aux Dises du clan Île-de-France de l’association Les Enfants d’Yggdrasill (association reconstructionniste des traditions germano-scandinaves) en ce premier week-end de mars sous la (presque) pleine lune.

Après des retrouvailles à la gare du coin et une promenade dans les ruelles de cette vieille ville de l’Essonne pour acquérir une grosse miche de pain paysan, nous sommes arrivés à quatre à l’orée du bois pour accueillir un nouvel invité. Le soleil était déjà bien haut dans le ciel, et en cette saison il ne risquait pas de monter encore… mais le creux de notre estomac, lui, commençait à s’agrandir. Une fois le matériel déchargé des voitures, nous avons remonté à pied le sentier forestier comme des saumons remontent un ruisseau, et vu que les giboulées de mars finissaient de s’écouler de l’étang au fond du bois, ce n’était pas vraiment une métaphore. Heureusement, le lieu du thing, avec ses trois troncs en guise de bancs, se situe au sec, à mi-pente d’une petite colline.

Quelques feuilles mortes, petit bois et journaux défraîchis plus tard, sans compter les minutes à souffler en se relayant pour gagner quelques précieuses minutes, nous avons pu regarder danser les flammes pendant que nous dégustions des tartines de magret de canard (fumé à la main par notre généreux chef cuistot du jour). J’ai transféré dans son chaudron de cuivre la soupe au panais et au fenouil faite la veille avec ma grand-mère de passage à la maison. Dans le doute, je ne l’avais pas assaisonnée en me disant qu’on verrait sur place, et j’ai bien fait puisqu’on y a rajouté bon nombre de tranches de magret, certes délicieux mais élaboré au mépris des injonctions télévisuelles telles que « surveillez votre hypertension » ou « ne mangez pas trop gras, trop salé, trop sucré ».

Cuisine

Une fois l’écuelle de chacun bien remplie, on versa de la bière rousse dans la corne jusqu’à ce qu’elle déborde de mousse, et je l’ai levée vers ce soleil qui annonçait la fin de l’hiver en invoquant les ancêtres de notre lignée maternelle. Ainsi commença le premier repas de l’Idisenthing, l’assemblée en l’honneur de nos sages et bienveillantes Matrones (dísir en vieux norrois) qui veillent sur nous depuis des temps immémoriaux, sous le regard du vieux bouleau dressé à mi-chemin de l’étang et du sanctuaire qui nous surplombait.

Pour digérer, outre diverses discussions concernant les voyages en Islande, le brassage, les tabacs à pipe et autres, débuta un petit tournoi amical de tafl, précurseur des échecs chez les Scandinaves. Ce fut pour la plupart l’occasion de découvrir ses règles, pas très compliquées mais un peu surprenantes puisque le jeu est asymétrique : un des joueurs est l’attaquant norvégien qui tente de capturer le roi de Suède entouré de sa garde personnelle ; l’autre doit au contraire faire sortir le roi par un des coins du plateau. On doit donc chaque fois remporter la première manche, puis la revanche en échangeant les camps, pour réellement gagner la partie. Ce qui n’empêcha pas notre cadette d’être sacrée reine du tafl, même après l’arrivée d’une autre invitée.

Tafl d'après-repas

Étant déjà un peu plus nombreux et disposant donc d’un deuxième tambour, nous en avons profité pour réviser (ou apprendre) un peu nos gammes, ainsi que le chant utilisé pour débuter la cérémonie du blot une fois que nous serions en haut dans le vé, entouré par les dieux et déesses. Ensuite, place à un atelier « confection de torches artisanales », afin que chacun en ait une lors de la procession crépusculaire.

La méthode est assez simple : faire fondre des bougies dans une casserole (attention : vous ne pourrez sans doute jamais la réutiliser à usage alimentaire), couper des bandes de chiffon assez longues pour faire plusieurs fois le tour de la branche de votre choix, tremper les bandes de tissu dans la cire fondue (si possible maintenue entre 40 et 60°C, pour éviter de vous brûler) et les enrouler au bout du bâton en serrant bien à chaque tour. Il suffit de répéter l’opération plusieurs fois pour accroître la durée de vie de votre torche (nous avons fait une quinzaine de tours de tissu imbibé).

Confection de torches artisanales

Ensuite, nous avons mis à cuire la bouillie de seigle (rugmelsgrød en danois, le bon vieux grau de nos campagnes), accompagnée d‘herbes et de divers légumes, dont des poireaux rincés dans l’étang sacré. Enfin, nous sommes partis à deux pour chercher un des participants qui travaillait dans un magasin du coin ce samedi et finissait tard pour nous ramener le poisson invendu plutôt que de le jeter. Sur le chemin, nous avons croisé les deux derniers invités, et un charmant rayon de soleil sur des bouleaux. Une fois tous réunis, tandis que le grand incendie prenait le ciel à l’ouest, personne n’eût guère la présence d’esprit de prendre des photos. Les tambours ont commencé à résonner avec nos pas et nos gorges en grimpant vers le vé à la rencontre des Ases et des Vanes, accompagnés par nos Dises. Les femmes jetèrent nos torches dans le foyer de pierres gravées, et elles nous invitèrent à pénétrer dans le sanctuaire quand le chaudron garni des tranches de saumon commença à bouillonner. Nerthus la Généreuse, Ran et Eir qui accueillent et soulagent notre espèce, Frouwa la Dise des Vanes, Wigithonar le porteur du marteau, et toute la longue lignée de nos Matrones, détentrices des secrets des plantes de la terre et du feu des cœurs, furent honorées par nos libations d’hydromel, de bière, de cidre et de vin répandus sur le sol et les poteaux sculptés qui délimitent le vé.

La grande lune, chariot du dieu Mani, se leva sur nous alors que nous dégustions le plat dont le fumet était monté vers les cieux étoilés pendant le blot, et que la corne continuait de faire le tour l’assemblée pour honorer la présence de chacun dans cette forêt. Au fil des discussions qui s’éparpillaient tandis que l’assemblée se clairsemait entre départs et fatigue après une dure semaine, je finis à presque chuchoter avec mon dernier compagnon dans une nuit bien avancée. Signe du printemps, nous avons fini par cesser d’alimenter le feu sans pour autant frissonner, et le grand orbe d’argent était si plein que nous y voyions presque comme en plein jour malgré les braises fumantes qui n’émettaient plus guère de lumière.

Le lendemain matin, nous éveillant dans la forêt, nous avons offert les reste de seigle et de saumon à la fille de la source qui règne sur l’étang, avant de laver le chaudron et de se mettre en route. Les bouteilles de verre cliquetaient dans les sacs poubelles alors que nos pas s’enfonçaient dans la boue du chemin qui luisait sous le soleil de mars, mais sur nos visages était un sourire discret… et dans nos cœurs la joie de nos Dises dûment honorées.

Derniers rayons de soleil sur les bouleaux

 https://lacailleach.wordpress.com/2014/05/04/disir-hamingja-quelques-pensees/ : un article (en français) de synthèse et d’hypothèses sur les Dises et leur lien avec la hamingja.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Matrones sur le culte gallo-romain et germanique des Matrones et  https://en.wikipedia.org/wiki/Dísablót avec une vue d’artiste de l’ancienne procession du Disablot aux flambeaux et des photos du Disting suédois à Uppsala en 2008

– Le passage de la Heimskringla qui parle du Disting dans les temps anciens

Publicités
Catégories : Fêtes, Rites | Étiquettes : , , , , , , , , , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Idisenthing en Liddle Franke

  1. Pour le coup de la cire dans la casserole, une méthode toute bête si on n’a pas de casserole à sacrifier : prendre une grosse boîte de conserve (comme celles pour les pâtés pour chien, les conserves de tomates ou mieux, celles que les collectivités / restaurants utilisent parfois et qu’il est possible de récupérer) et écraser le bord coupant avec un marteau pour ne pas se blesser.
    Si on est chez soi, la mettre au bain marie pour faire fondre la cire. Sur un feu de camp, on doit pouvoir la mettre directement sur le feu.

    J'aime

    • Effectivement, la technique de neutralisation des bords coupants de la boite de conserve est pas bête du tout. Notre cher cuistot avait fait le choix de sacrifier pour la bonne cause sa popote en téflon qu’il ne voulait pas utiliser, j’avoue que pour un usage occasionnel je tiens encore un peu à la mienne…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :